Comment choisir son détecteur de fumée ?

Depuis la loi Morange du 08 mars 2015, la présence d’un DAAF (Détecteur Autonome Avertisseur de Fumée) est devenue obligatoire dans tous logement habité. Il doit être installé par le propriétaire du logement, qu’il en soit ou non l’occupant. L’entretien devra être pris en charge par le locataire (excepté en cas de location saisonnière et/ou meublée).

Cette loi est partie d’un constat : 70% des incendies domestiques meurtriers se déclarent la nuit. On croit, à tort, que l’on sera réveillé par l’odeur de la fumée à temps. D’où cette nécessité d’être prévenu rapidement pour se mettre à l’abri avant de prévenir les secours.

A quoi sert un détecteur de fumée ?

Le détecteur va, lui, scanner l’air ambiant grâce à son système de chambre optique LED. En cas de présence de fumée, il déclenchera une alarme très forte. Ceci permet d’agir même en cas de feu à combustion lente (incendie causé par une cigarette par exemple).

Il est dit que pour éteindre un feu, il faut :

  1. Un verre d’eau la première minute
  2. Un seau d’eau la deuxième minute
  3. Une citerne d’eau la troisième minute

On comprend ainsi l’importance de cet équipement de sécurité.

Comment bien le choisir parmi toutes les références proposées ?

Voici quelques pistes.

Tout d’abord, son emplacement. Trop proche d’une plaque de cuisson ou du poêle à bois et il se déclenchera en permanence. Trop loin de la VMC et il sera inutile. Il est ainsi recommandé d’en disposer dans les endroits stratégiques comme les escaliers, les couloirs, le salon sans oublier les pièces annexes comme la buanderie et le garage, voir le grenier. Garder en tête qu’il en faudra 1 par étage, et 1 pour 30m² environ.

Quel que soit l’emplacement, pensez à le positionner à l’horizontal, au plafond, au vu de la propagation de la fumée. Celle-ci commence par monter puis redescend en longeant les murs. Plusieurs options existent pour la fixation: par vis, aimant ou autocollant.

Au niveau du fonctionnement, ces appareils utilisent quasiment tous des piles. Alcaline ou Lithium, à vous de choisir. Une pile alcaline aura une durée de vie moyenne de 1 an contre 5 ans pour celle au lithium.

Un autre facteur, et pas des moindres, le prix. Comme souvent, un prix fort n’est pas forcément un gage de qualité. Certains fabricants rajoutent parfois des options inutiles pour faire grimper la note. Comptez entre 15 et 20 € pour un détecteur fiable, respectant les normes en vigueur.

Concernant les normes justement. Il est impératif de vérifier la présence du marquage CE : EN 14-604 ainsi que la norme NF. Seuls les appareils affichant cette double certification ont en effet passés les épreuves de fiabilité.

Enfin, quelque soit l’appareil sélectionné, pensez à le tester régulièrement afin de vérifier qu’il soit toujours opérationnel.

Vous voilà maintenant équipé et prêt à dormir « sur vos deux oreilles ».

En cas de doute, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels que ce soit dans les centres spécialisés ou le magasin de bricolage le plus proche.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*